International

Coup d’Etat au Gabon : Les populations en joie avec cette première décision populaire des militaires au pouvoir

Au Gabon, la situation découlant du coup d’Etat initié par les militaires au pouvoir suite à la proclamation des résultats de la présidentielle de ce samedi, commence à évoluer. La cause ? Une des premières décisions populaires prises par la junte est le rétablissement de l’internet dans le pays.

Coup d'état au Gabon, militaires au pouvoir, première décision populaire

Ce mercredi 30 août 2023, des militaires gabonais ont annoncé mettre “fin au régime en place” dans leur pays. Il s’agit ni plus ni moins qu’un coup d’Etat dans les règles visant le président sortant Ali Bongo, au pouvoir depuis 14 ans et dont la réélection venait d’être annoncée dans la nuit.

Face à la situation, le peuple gabonais est sorti dans la rue pour “fêter” un changement de toute évidence bienvenu au regard de la liesse. De nombreuses vidéos devenues virales sur la toile l’attestent.

Par ailleurs, la connexion Internet a été rétablie après trois jours de coupure, a appris RFI de sources concordantes. Les Gabonais sont donc de nouveaux connectés au reste du monde après trois jours de coupure.

LIRE AUSSI _ Carte professionnelle de foreur au Togo : Le gouvernement repousse la date de demande jusqu’au…

“Mise à l’arrêt” des activités d’Eramet

En effet, le groupe minier français présent dans le pays africain est le premier à réagir suite au coup de force qui ébranle l’activité, ce mercredi, rapportent les médias de l’hexagone.

“Suite aux derniers événements en cours”, le groupe a “mis à l’arrêt” ses activités au Gabon et “suit” la situation pour “protéger la sécurité de (son) personnel et l’intégrité de (ses) installations”, a-t-il précisé. Eramet emploie quelque 8.000 personnes dans le pays, majoritairement gabonaises.

Notons que le groupe est présent au Gabon à travers deux filiales. L’une, la compagnie Comilog (la compagnie minière de l’Ogooué) est spécialisée dans l’extraction de manganèse, minerai dont Eramet est le deuxième producteur mondial à haute teneur.

Setrag (la Société d’exploitation du transgabonais), la deuxième filiale du groupe français, assure l’exploitation ferroviaire de la ligne qui relie la côte atlantique au sud-est du pays riche en minerais à travers la forêt équatoriale du Gabon.

La compagnie assure le transport des minerais et des passagers sur 650km.

Cliquez et rejoignez-nous sur Telegram : TOGO PLUS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page