Afrique

Alassane Ouattara : Son gouvernement envoie un message à Guillaume Soro

Le gouvernement ivoirien s’est prononcé jeudi sur la situation de l’ex premier ministre qui dit avoir mis fin à son exil. Pour l’exécutif ivoirien, Guillaume Soro, peut rentrer, ajoutant que c’est à la justice de décider de l’application des peines à son encontre.

Alassane Oattara, Guillaume Soro

Après plusieurs années d’exil en Europe, l’ex-chef de la rebellion ivoirienne, Guillaume Soro, a été acceuilli au Niger, par les nouvelles autorités militaires qui ont pris le pouvoir depuis le revdersement du régime de Mohamed Bazoum. De retour sur le continent africain, Guillaume Soro peut même regagner la Côte d’Ivoire, selon les propos du porte-parole du gouvernement ivoirien Amadou Coulibaly.

Lire aussi: Tête à tête entre Ibrahim Traoré et Guillaume Soro : Ce qu’ils se sont dit

« Guillaume Soro peut rentrer quand il veut, effectivement, le pays est ouvert », a affirmé Amadou Coulibaly à l’issue d’un Conseil des ministres. L’application des peines auxquelles Guillaume Soro a été condamné sera « traitée par l’administration judiciaire de notre pays », a affirmé Amadou Coulibaly. « C’est elle qui décide » quand « elle exécute une décision qu’elle a elle-même librement prise », a-t-il indiqué. « Il y a le temps de la justice, il y a le temps de la négociation et il y a le temps de la politique », a laissé entendre le porte-parole du gouvernement ivoirien.

« Tous ceux qui voulaient rentrer sont rentrés et on les voit dans le pays, animer même parfois des réunions politiques », a-t-il assuré, rappelant les « moyens » mis en place par le président Alassane Ouattara « pour que tous ceux qui s’étaient auto-exilés puissent rentrer ».

Pour rappel, Guillaume Soro est sous un mandat d’arrêt international. Il a été condamné en 2020 en son absence à 20 ans de prison pour « recel de détournement de deniers publics » en Côte d’Ivoire, puis à perpétuité un an plus tard pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». Depuis son arrivée au Niger, Soro a rencontré le président de la transition, le général Abdourahamane Tiani et le capitaine Ibrahime Traoré, tous deux, des militaires, qui dirigent respectievement le Niger et el Burkina Faso.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page