société

Togo_Education : Le Prof Komla Dodzi Kokoroko s’attaque aux frais scolaires dans les établissements privées

La rentrée scolaire approche au Togo. Dans cette optique de préparation pour l’année scolaire à venir, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Prof Komla Dodzi Kokoroko, a récemment exhorté les responsables des établissements privés à harmoniser et plafonner les frais scolaires.

frais scolaires, Prof Komla Dodzi Kokoroko, Togo

Une réunion initiée par le département de Prof Komla Dodzi Kokoroko a mobilisé les représentants des associations de promoteurs d’établissements privés (UFEPLA et APEPLT) et des représentants de l’union togolaise des associations des parents d’élèves (UTAPE).

Selon le ministère des enseignements primaire, secondaire, technique et de de l’artisanat, la rencontre visait à discuter des défis de l’année scolaire 2023-2024 dont la rentrée est fixée au 18 septembre 2023. Occasion de revenir sur la fermeture de certains établissements scolaires privés.

On apprend qu’au terme des discussions, les acteurs ont soutenu les mesures prises par le gouvernement en fermant certains établissements qui exercent en toute illégalité et dans un cadre non propice ; des cadres qui ne garantissent pas la sécurité des élèves et enseignants. Ils ont promis d’œuvrer pour l’assainissement du secteur privé.

Des mesures ont été prises dans le but d’amener les parents d’élèves à être vigilants et davantage informés sur les établissements non autorisés à ouvrir leurs portes à partir de la rentrée prochaine.

LIRE AUSSI _ Criminalité au Togo : Plusieurs cambrioleurs dans les filets de la Police nationale (Photos)

Les frais de scolarité dans les écoles privées

Comme on peut le lire sur Togobreakingnews, les échanges ont également porté sur l’augmentation irrationnelle des frais de scolarité dans certains établissements privés laïcs.

A ce sujet, les promoteurs ont promis s’engager dans une démarche d’harmonisation et de plafonnement des frais scolaires en fonction des zones pédagogiques. Ce qui permettra d’éviter la surenchère et soulager les parents d’élèves.

Pour le ministère, les établissements qualifiés de clandestins constituent une menace pour la qualité de l’éducation et l’avenir des élèves qui y sont inscrits.

Rappelons que le ministère avait pris la décision de fermer certaines écoles privées opérant dans la clandestinité et qui ne fournissent ni un environnement de formation et d’apprentissage sécurisé ni la garantie de la qualité de l’éducation conformément à la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Cliquez et rejoignez-nous sur Telegram : TOGO PLUS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page