International

Tchad : 67 manifestants incarcérés libérés par le président de transition Mahamat Idriss Déby

Plus de 60 personnes ont été graciées par le président du Tchad Mahamat Idriss Déby, mercredi, comme il l’avait promis. Les mis en cause avaient été condamnés pour avoir participé à une manifestation réprimée le 20 octobre 2022, et pour un “coup d’Etat” déjoué en décembre, selon N’Djamena.

Mahamat Idriss Déby, Tchad

Le chef de l’Etat tchadien Mahamat Idriss Déby a gracié par décret, en date de mercredi 25 mai 2023, quelque 67 jeunes hommes sur 77 condamnés mi-mai de 18 mois à cinq ans de prison ferme. Aucune information n’a été donnée sur le sort des dix autres condamnés.

D’après le procureur général, les 67 détenus étaient accusés entre autres de crimes graves, d’ “atteinte à l’ordre constitutionnel et de participation à un mouvement insurrectionnel”.

Après donc avoir fait l’objet d’une enquête diligentée par un juge d’instruction, ils ont été jugés devant une chambre criminelle, qui les a condamnés pour partie à 18 mois de prison et pour l’autre à 5 ans.

Mahamat Idriss Déby, Tchad
président de transition Mahamat Idriss Déby

Apaisement et réconciliation

La grâce présidentielle aux détenus politiques était une promesse du président de transition Mahamat Idriss Déby. Et le général avait déjà gracié et fait libérer début avril 380 rebelles Puis, mi-mai, c’était au tour de 259 jeunes condamnés dans le cadre de la manifestation d’octobre 2022.

Justificatif ? Le dirigeant assure vouloir privilégier l’apaisement et la réconciliation nationale.

Pour rappel, le général Mahamat Idriss Déby Itno a été proclamé par l’armée, chef de l’État le 21 avril 2021 à la tête d’une junte militaire de quinze généraux. Cette décision polémique est intervenue après l’annonce de la mort de son père, Idriss Déby Itno.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page