Afrique

Putsch au Niger: Depuis Lomé, la junte fait une demande à la CEDEAO

Le ministre d’Etat nigérien, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation depuis le coup d’État du 26 juillet 2023, s’est prononcé ce week end sur sur les relations entre les autorités qui ont pris le pouvoir à Niamey et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Ceci en marge du Forum Paix et sécurité de Lomé, le représentant de la junte nigérienne assure être « là pour faire le dialogue ».

CEDEAO, junte, Niger

Sur les antennes de RFI, le ministre s’est exprimé sur les sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’état des relations entre son pays, où un coup d’État militaire a renversé le président élu Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023, et l’organisation sous-régionale.

Lire aussi: Niger: Les États-Unis volent au secours du Général TCHIANI et prennent une importante décision

« Les sanctions sont très dures, estime le général Mohamed Boubacar Toumba. Les premières heures, c’est quoi ? C’est la fermeture de la frontière dès le 27 juillet avec beaucoup de frets qui devraient venir des dépôts, qui n’ont pas pu avoir accès au Niger jusqu’à aujourd’hui. Beaucoup des denrées ont péri, beaucoup de commerçants ont perdu beaucoup d’argent dans cette affaire-là. Donc je pense qu’ils se sont trompés de diagnostic, ils se sont trompés de chemin ».

Interrogé sur le fait de savoir si les autorités nigériennes qui dirigent actuellement le pays seraient prêtes à renouer avec la CEDEAO, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation lance : « Pourquoi pas ? Nous, nous sommes là pour faire le dialogue. Que cela puisse vous surprendre, c’est peut-être nous qui sommes des hommes de dialogue. Ce n’est plus la CEDEAO qui a bandé les muscles et qui veut attaquer le Niger. »

Il ajoute, au sujet d’une éventuelle intervention militaire de l’organisation sous-régionale : « Mais ce qui est certain, c’est qu’une telle entreprise serait périlleuse pour la CEDEAO. Nous voulons plutôt avoir leur solidarité en venant nous aider à combattre ces terroristes. Parce qu’il ne faut pas qu’ils oublient que le Niger est un verrou. Aujourd’hui, créer le désordre au Niger, c’est aussi recevoir ces terroristes à leurs frontières, ça c’est clair et net. »

Lire aussi: Mali: Assimi Goïta recadre sèchement le ministre français des armées « Le Mali n’est plus votre… »

Pour rappel, Le Forum Paix et sécurité de Lomé a pris fin ce dimanche 22 octobre 2023. La rencontre, qui a regroupé plus de 300 participants, s’est achevée sur « la déclaration de Lomé sur les transitions politiques issues des coups d’État sur le continent ».

Il ne s’agit pas d’approuver les putschs, mais de créer les conditions pour les éviter et aider les juntes à sortir de l’état d’exception.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page