Politique

Opération militaire au Niger. : Emmanuel Macron réagit aux accusations de l’Algérie

“Aucune velléité d’attaque contre le Niger”, a lancé le gouvernement Macron, mardi, pour démentir les allégations qui affirment que Paris a sollicité l’autorisation de survoler l’espace aérien de l’Algérie en prévision d’une opération militaire imminente au Niger.

Algérie, Emmanuel Macron, Opération militaire au Niger

La radio nationale algérienne a relevé, lundi, sur son site Internet, que l’Algérie a rejeté une demande française de survoler son espace aérien pour intervenir au Niger.

La France prête à exécuter ses menaces ?

“la France s’apprête à exécuter ses menaces contre le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) au Niger, en procédant à une intervention militaire au cas où le président Mohamed Bazoum n’est pas libéré”, a indiqué la radio nationale algérienne avant d’ajouter : “L’intervention militaire serait imminente, tout le dispositif militaire est en place”.

Par ces propos, le média rapportait les déclarations de “sources confirmées” sous couvert de l’anonymat.

Mais “il n’y a absolument aucune velléité d’attaque contre le Niger”, assure ce haut gradé de l’armée française, affirmant qu’aucune demande de “clearance” pour un vol militaire n’a été déposée ces derniers jours par la France.

LIRE AUSSI _ Une nouvelle forme d’arnaque fait des milliers de victimes dans le pays (Regardez)

Vers des tensions entre Paris et Alger ?

En octobre 2021, l’Algérie avait refusé le survol de son espace aérien par des avions cargos militaires français opérant dans le nord du Mali, et ce, à un moment où une crise diplomatique entre Alger et Paris battait son plein, sur fond de déclarations controversées du président Emmanuel Macron.

“C’est un nouvel accroc dans le laborieux rapprochement entre Paris et Alger”, a noté ce mardi Le Figaro.

Pour sa part, l’Algérie qui partage avec son voisin nigérien une frontière de plus de 950 km, a affirmé à plusieurs reprises son refus total d’une intervention militaire au Niger, affirmant plutôt son “soutien à la restauration de l’ordre constitutionnel par des voies pacifiques”.

LIRE AUSSI _ Bras de fer entre Poutine et Prigojine : “Les efforts du Kremlin pour démanteler Wagner commencent à porter leurs fruits”

Cette “agression ne sera pas la promenade de santé”

Samedi dernier, le nouvel homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, avait mis en garde les pays de Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre toute intervention militaire visant son pays.

“La CEDEAO s’apprête à agresser le Niger en mettant sur pied une armée d’occupation en collaboration avec une armée étrangère”, avait-il relevé, sans citer de pays. Et de poursuivre : “Ni le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie, ni le peuple nigérien ne veulent d’une guerre (…) mais si une agression devait être entreprise, elle ne sera pas la promenade de santé à laquelle certains croient”.

Cliquez et rejoignez-nous sur Telegram : TOGO PLUS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page