Afrique

Niger: Le parlement de la CEDEAO fait une demande aux chefs d’Etats

Le Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO ) a appelé les chefs d’État et de gouvernement de la région à lever les sanctions imposées à la République du Niger suite au putsch qui a précipité le règne de Mohamed Bazoum.

Niger, Parlement de la CEDEAO

La CEDEAO avait imposé en juillet dernier des sanctions à la République du Niger suite à l’éviction du président Mohamed Bazoum par certains militaires dirigés par l’ancien commandant de la Garde présidentielle, le général Abdourahamane Tchiani.

Le parlement de la CEDEAO a déclaré que le peuple nigérien souhaitait être soulagé des difficultés économiques et des défis humanitaires provoqués par l’interdiction des relations commerciales et le gel des comptes du pays dans les banques centrales régionales par les chefs d’État de l’ organisation .

Lire aussi: Coup d’Etat au Niger : Le parlement européen exige la libération de Mohamed Bazoum

S’adressant aux médias après la séance d’ouverture du Parlement à Abuja mercredi, le chef du Sénat nigérian, qui est également membre du Parlement de la CEDEAO , Ali Ndume a affirmé que les sanctions portaient durement sur les masses, y compris les Nigérians. de la frontière

“Il s’agit d’un appel aux chefs d’État de la CEDEAO pour qu’ils prennent en compte la situation humanitaire et résolvent l’impasse politique au Niger”, a-t-il déclaré.

Selon lui, le Niger borde environ huit États du Nigeria, à savoir Borno, Yobe, Kano, Katsina, Sokoto, Zamfara et Kebbi. Depuis la fermeture de la frontière et l’imposition de sanctions, les personnes pauvres, en particulier les enfants et les femmes, ont été exposées à des difficultés indicibles et aucun progrès significatif n’a été réalisé en termes de résolution de ce problème.

Il a alors appelé le chef de l’État de la CEDEAO à intensifier la résolution de l’impasse politique au Niger en levant d’abord les sanctions et en ouvrant la frontière fermée entre le Niger et les Nigérians.

Pour rappel, le Nigeria, voisin et allié de longue date du Niger, avait coupé l’alimentation électrique du pays dans le cadre des sanctions visant à contraindre l’administration militaire de Niamey à rétablir le gouvernement civil après l’éviction du président Mohamed Bazoum. lors du coup d’État.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page