International

Intervention armée au NIGER : Alassane OUATTARA va contribuer avec 1100 soldats, 900 soldats sénégalais s’apprêtent à se positionner au Bénin

L’intervention armée de la CEDEAO au Niger pour déloger la junte militaire et réinstaller le président Mohamed Bazoum au pouvoir est toujours envisagée. Pourquoi ? Le Sénégal s’apprêterait à déployer des militaires au Bénin dans le but de préparer une possible attaque au Niger, rapporte la presse locale.

armée, Intervention armée au Niger, Sénégal

Il se pourrait que les choses s’accélèrent dans les jours à venir au Niger. Le 29 juillet dernier, le président nigérien Mohammed Bazoum avait été renversé par un coup d’État qui a porté au pouvoir le CNSP conduit par le général Tchiani. Dès lors, la CEDEAO avait enclenché plusieurs mécanismes pour contraindre les militaires à rétablir l’ordre constitutionnel.

Par la suite, les chefs d’État de l’institution sous régionale ont activé la force d’intervention de la CEDEAO pour une éventuelle opération au Niger afin de déloger les militaires au pouvoir. Après plusieurs rencontres, les chefs d’État majors de la CEDEAO ont annoncé que tout est fin prêt pour une intervention au Niger. Ils ont notifié que le jour de l’intervention a été choisi.

900 militaires du Pays de la Teranga

Alassane Ouattara, le président ivoirien a eu à déclarer que son pays est en mesure de fournir un bataillon de 1100 soldats. Selon le média Seneweb, le Sénégal s’apprête à déployer des militaires au Bénin dans le but de préparer une possible intervention au Niger.

D’après les informations de la presse sénégalaise ce sont 900 militaires du Pays de la Teranga qui vont être déployé au Niger. Un important lot de matériel militaire sera également transporté en direction de Cotonou.

LIRE AUSSI _ Intervention armée au Niger : Yayi Boni craint la “dislocation de la CEDEAO”

La même source a laissé entendre qu’Air Sénégal aurait été sollicité pour assurer le transport des soldats mobilisés et du matériel militaire à Cotonou qui pourrait servir certainement de base arrière pour la force d’intervention de la CEDEAO.

Pour sa part, la junte au pouvoir n’entend pas se laisser faire. Elle a également pris des sanctions contre plusieurs pays membres de l’organisation et se dit prête à riposter en cas d’attaque avec l’appui du Mali et du Burkina Faso. La situation au Niger va-t-elle connaître un nouveau tournant ? On en saura plus dans les jours à venir.

Cliquez et rejoignez-nous sur Telegram : TOGO PLUS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page