Afriquesociété

Henri Konan Bédié : Voici tout ce qu’on sait du décès de l’ancien président ivoirien

La Côte d’ivoire est en deuil. Son ancien président, Henri Konan Bédié a rendu l’âme ce 1er Août. Selon ses proches, le vétéran du landerneau politique ivoirien a eu un malaise. Agé de 89 ans, l’homme d’Etat a présidé aux destinées de son pays du 7 décembre 1993 au 24 décembre 1999.

Henri Konan Bédié, Nécrologie

Le “Parti démocratique de Côte d’Ivoire – Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) a la profonde douleur” d’annoncer “le décès subit” d’Henri Konan Bédié, survenu “mardi (…) à Abidjan”, indique un communiqué.

“Il est décédé à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PISAM)”, a déclaré un membre de la communication de son parti. Le parti de l’ancien président salue un “grand homme d’Etat, qui n’a épargné aucun sacrifice pour la paix en Côte d’Ivoire”.

Une journaliste de l’AFP avait constaté, mardi soir, qu’une foule commençait à se former devant la résidence à Abidjan de celui qui était surnommé également le “Sphinx”.

Parcours jusqu’au sommet de l’Etat

Né le 5 mai 1934 dans le village de Dadiékro (centre) au sein d’une famille de planteurs de cacao, «HKB» connu notamment pour son concept nationaliste voire xénophobe, “l’ivoirité”, se voulait l’héritier et le successeur d’Houphouët-Boigny, d’ethnie baoulé comme lui.

Il a été ambassadeur de la Côte d’Ivoire aux États-Unis (1961-1966). De retour à Abidjan, il a assumé les charges de délégué aux Affaires économiques et financières (1966-1968), puis de ministre de l’Économie et des Finances (1968-1977).

En 1980, il a accédé au poste de président de l’Assemblée nationale (1980-1993) sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny. Il est devenu le chef de l’État après le décès de Houphouët-Boigny. Henri Konan Bédié sera élu en 1995 avant d’être renversé par un coup d’État mené par le général Robert Guéï en 1999.

Président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), Bédié a été à nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2010, où il arrive troisième du premier tour. Il s’était rallié alors à Alassane Ouattara, qu’il soutiendra pour un deuxième mandat en 2015.

Bédié a été de nouveau investi par son parti en 2018 pour être candidat à la présidentielle de 2020. Il décide finalement de boycotter l’élection après la décision de Ouattara de briguer un troisième mandat, qu’il considère comme illégal.

Cliquez et rejoignez-nous sur Telegram : TOGO PLUS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page