Afrique

Tentative de Coup d’État au Ghana : Six personnes condamnées à morts, les détails

Six Ghanéens, dont trois soldats, ont été reconnus coupables et condamnés à la peine de mort par pendaison le mercredi 24 janvier 2024 pour leur implication dans un complot présumé visant à renverser le gouvernement du pays il y a trois ans.

coup d'Etat, Ghana

Neuf hommes avaient été arrêtés en 2021 alors qu’ils testaient des armes dans un ancien stand de tir à Accra. Les écoutes téléphoniques des services de renseignement avaient conduit à une forge où les accusés avaient ordonné la fabrication d’armes, selon des documents judiciaires. Accusés de conspiration en vue de commettre une trahison, ils ont tous plaidé « non coupable au cours du procès ».

Lire aussi: Diplomatie : Ce pays annonce vouloir aider le Niger à contourner les sanctions de la CEDEAO

Six d’entre eux ont été condamnés à mort, tandis que trois ont été acquittés : l’ancien chef de la police Benjamin Agordzo, un colonel et un autre officier subalterne. « Nous rendons gloire à Dieu. Lui seul a réussi. Ils savaient que c’était un mensonge. Notre Dieu n’échoue pas. J’ai toujours été libre dans mon cœur et je savais comment cela se terminerait« , a déclaré à la presse l’ancien officier de police, visiblement soulagé après son acquittement.

Stabilité du Ghana

Le procureur général du Ghana, Godfred Yeboah Dame, qui avait mené l’accusation, a salué l’issue du procès. « Il s’agit d’un jugement important car la constitution du Ghana garantit la stabilité de la nation et condamne sévèrement toute tentative de renversement d’un gouvernement, et c’est pourquoi ce délit (la trahison) est passible de la peine de mort« , a déclaré M. Dame à l’issue du procès.

Il s’agit du premier procès pour trahison au Ghana depuis 1963, date à laquelle le premier président, le Dr Kwame Nkrumah, a été renversé. La dernière exécution d’un condamné à mort au Ghana remonte à 1992, lorsque le pays est revenu à un régime constitutionnel.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page